Aller au contenu

Mission

# INSTITUT zone d’altération temporaire

 En 2016, l’ISELP fait sa mue. Inscrit dans le paysage bruxellois depuis plusieurs années, cet institut d’art contemporain entend réaffirmer et préciser son action.

MONTRER / DÉBATTRE / PRODUIRE : tels sont les trois objets et les trois thèmes de l’Institut et de son programme.

 

Laurent Courtens - Centre de la parole

Si l’art s’ancre dans la vie, dans la diversité des espaces et des contextes, c’est en se montrant, en existant par ses modalités propres, en sollicitant de multiples sens, les affects, la pensée.

Mais pour exister vraiment, se prolonger, s’étendre, déployer ses significations et en générer de nouvelles, l’art doit s’animer de paroles. Etre dit – et contredit –, expliqué, débattu, négocié, interprété.  Susciter rencontres et débats.

 C’est le rôle de l’écriture, des conférences, colloques, tables rondes, visites guidées, animations, etc., territoires de construction et d’échanges, ou encore : le conte, le théâtre, le chant, le speech, la performance, le « talk », le délire, le poème, la fiction, etc. Toutes explorations oratoires de plus en plus pratiquées par les artistes, critiques et curateurs. Formes auxquelles l’ISELP accorde une place grandissante — partout où cela peut prendre place, dans et hors les murs : auditoire, exposition, cafétéria, centre de documentation, classes, ville, bureau, jardin, etc.

 

Catherine Henkinet - Expositions

Centrée sur les arts visuels, la programmation s’ouvre aussi à toutes les disciplines (arts plastiques et vivants, architecture, cinéma, nouveaux médias, design, stylisme, etc.) et à tous les horizons (jeune création belge et internationale) dans le contexte d’un décloisonnement général des pratiques contemporaines. Usant de multiples pratiques et prenant possession des divers lieux qu’offre L’ISELP, les expositions font sens, questionnent le monde dans lequel nous vivons, se prolongent par la parole et diverses rencontres organisées « autour de l’exposition » (visites guidées, conférences, projections de films, etc.). Les pratiques artistiques sont dès lors liées à un questionnement plus global interrogeant la place de l’être au monde par le biais des œuvres et donc de l’exposition où le voir se fait savoir.

 

Pauline Hatzigeorgiou / Pierre Arese - Médiation

La médiation - terme qui désigne aujourd’hui les pratiques et réflexions portant sur la réception des biens culturels - consiste en un espace de discussion et d’expérimentation qui prend pour alibi ce qui se perçoit, ce qui se ressent, ce qui se comprend, voire ce qui se conteste des œuvres d’art et de ses discours. En ce sens, elle se fait lieu de réception et de formulation des jugements sur ce qui donne sa matière au projet de l’Institut. Médier, c’est parler de ce dont parlent les œuvres, accueillir le débat, permettre la rencontre des individus et de leurs subjectivités, donner forme à leurs interprétations, aux interférences pour, ensemble, faire sens.

Pour ce faire, la médiation conçoit à l’attention de ses publics - enfants, adolescents, adultes, artistes, étudiants, chercheurs, etc. conjugué au singulier et au pluriel - un programme d’activités pouvant être complémentaires à d’autres manifestations, visites dialoguées et projets autonomes, et ainsi contribuer, avec les méthodes et enjeux qui sont les siens, au projet de l’ISELP. 

 

Mélanie Rainville - Expositions & Recherche

L’ISELP est un institut dont l’une des missions essentielles consiste à mettre en regard art et discours sur l’art, art et théorie, art et recherche. En ce sens, chaque exposition se conçoit comme une forme spécifique d’expérience sensible donnant lieu à une forme spécifique de connaissance. Ce savoir spécifique à l’expérience de la rencontre avec l’œuvre d’art demande non seulement à être médiatisée, mais elle demande aussi à se manifester et à circuler en tant que modalité spécifique de recherche. A l’ISELP, cette recherche se manifeste dans l’espace-temps de l’exposition, mais également dans l’ensemble des activités de l’Institut, et notamment dans le cadre de ses résidences, de ses colloques et de ses publications.

Ainsi, les résidences visent à favoriser le développement professionnel des artistes vivant en Belgique et la diffusion internationale des pratiques émergentes, mais aussi à offrir un espace et un temps spécifique d’approfondissement, d’expérimentation et de production, au service du projet et des besoins de chaque artiste.  Les événements de type colloque ou symposium, de même que les publications, visent également à inscrire l’ISELP dans le champ plus large, belge et international, de la recherche dans le champ des arts plastiques, de l’histoire de l’art, mais aussi des sciences humaines en général. 

Ces diverses activités incluent l’ISELP dans un ensemble de collaborations et de dialogue avec d’autres structures en Belgique et dans le monde, tout en contribuant à positionner l’Institut à l’avant-poste de cette recherche.