Aller au contenu

#INSTITUT part 3: erg

Catharina van Eetvelde

erg_doc50.83/erg_doc58.83 photographié par Charles Duprat

 

Pour sa troisième métamorphose  #INSTITUT est système et corps, construction et production. En son centre, vit erg et l’imprimante. Organe vivant du système, comparable  au muscle cardiaque, l’imprimante  matérialise la matière grise de l’institut, elle la fait circuler et la génère. Elle est l’organe à partir duquel l’ISELP produit et communique des formes, des formats, des images, des lignes dessinées et des écritures. Placée dans l’espace d’exposition, elle recevra en partage tous les flux que fabrique habituellement l’institut et... erg, œuvre-système de catharinavaneetvelde.erg est un système, c’est-à-dire un processus, un agencement de corps-ordonnés: lignes, couleurs, données, écritures, documents. Ce qui importe dans l’existence d’erg, c’est sa potentialité et sa propriété d’engendrer des échanges, flux, liaisons, relations et passages. Il est la matière, l’énergie et l’information qui produit — le dessin. Activé pour #INSTITUT, erg connectera, l’émetteur (l’artiste), la machine (l’imprimante) et le récepteur (l’institut).

L’espace-temps de l’institut deviendra ainsi le lieu d’un dialogue permanent avec l’artiste, un dialogue qui usera du langage singulier généré par l’activation d’erg. Tel un virus, erg viendra ainsi envahir (ou non) #INSTITUT. Ce qui se produira là, sera l’émergence du dessin, un dessin en train de se faire, sorti des entrailles de l’imprimante et déployé dans l’espace.

 

Catharina van Eetvelde (née en 1967 à Gand, vit à Paris) explore le pouvoir expressif et stylisé du dessin et compose des univers particuliers de formes à partir d’un usage strict de la ligne et d’une utilisation économe de la couleur. La force de son œuvre peut être en partie attribuée à la procédure sérielle utilisée, fonctionnant ici comme système, c’est-à-dire comme unité d’organisation qui fournit à la fois une structure sémantique et de possibles corrélations avec d’autres « systèmes » comme la musique ou la parole. Analysant la structure et la méthodologie de son propre médium, son travail s’inscrit ainsi dans le méta niveau de la forme dessinée.

 

  • Du 2 au 24 décembre 2016
  • Vernissage / Activation le vendredi 2 décembre 2016 / 17h30-21h
  • Visites commentées tous les vendredis / 16h30-17h30