Aller au contenu
Ajouter au calendrier

Sarah Zürcher - Les communautés d'hier, les communs d'aujourd'hui, une dystopie?

Conférence

La curatrice Sarah Zürcher abordera les modes de regroupement à l'oeuvre au temps des nouvelles technologies et du néolibéralisme. Thème développé le lendemain lors d'une table ronde Nuit debout, Indignés, Occupy: un autre commun? 

Picture: Emily Vey Duke & Cooper Battersby, Dear Lorde, 2015. Courtesy of the artists. 
 
Aujourd’hui, la tempête semble faire rage. Les cumulus chargés d’un lourd passé nationaliste obscurcissent le ciel. Les coups de tonnerre populistes sonnent le glas. Le souffle des Tweets à la Breitbart donne le rythme à un monde frénétique. Au centre du cyclone, le calme semble avoir gagné les intellectuels. Des thèmes sont pourtant plus que jamais à traiter. Artistes et activistes ont pris le chemin des revendications.

La Culture , la grande oubliée, engrange sa bataille sous le patronyme des comm-uns. Si le XXe siècle nous avait mis en garde, que pourrait bien nous annoncer le XXIe siècle. De Georges Bataille à l’article de Jean-Luc Nancy intitulé La Communauté désavouée, puis à son ouvrage  La Communauté désoeuvrée, en réponse à Maurice Blanchot et à son œuvre, La communauté inavouable, la question de la communauté et de sa singularité a été inlassablement questionnée et disséquée. Aujourd’hui, la « Post-Truth Politics » et les théories du complot mettent au jour les paradoxes d’une société néolibérale, dévoilant ses fausses croyances et ses nouveaux murs (si ce ne sont pas les fossés qui s'y creusent).

Les nouvelles technologies avec ses nouveaux moyens de communication (de "mise en commun" et « être-avec ») semblent remplacer les valeurs de liberté et d’égalité, pour lesquelles nous avions tant combattu. Ordinateurs et écrans tactiles relaient l'individu au monde sur un plan factice du partage, plongeant l’être humain dans un malaise sociale. L’être humain au service de la machine se doit d’être performant et est lui-même un produit incapable de créer un lien direct à l’autre. Le monde aura-t-il bientôt fait place à une culture de la haine ou à une dystopie ?

Sarah Zürcher est un curatrice, une critique d’art indépendante, documentariste et a organisé depuis 2008 des expositions et des festivals en Suisse, en Grande-Bretagne, en Egypte, en Inde, au Brésil et en Estonie. De 2014 à 2016, elle a été driectrice du musée Langmatt à Baden (CH). De 2009 à 2013, elle a dirigé l’école supérieure des beaux-arts TALM, site de Tours en France.

  • 6 €
  • 4 € : étudiants, seniors (+60)
  • 1,25 € article 27
  • Gratuit pour les - 18 ans, professeurs, presse, membres ISELP, IKT, ICOM
  • Le ticket d'entrée à un événement ou à l'exposition donne un accès illimité à COM ∩∪ TIES sur les deux lieux (Argos + ISELP) et au programme annexe (conférences, rencontres, projections,....)