Aller au contenu
Ajouter au calendrier

Radical - design

Italie, 1965-75 : une architecture de refus Par Beatrice Lampariello     

“Radical Design”, Casabella, vol. XXVI, juillet 1972, n°367 (couverture) © Casabella / Arnolfo Mondadori Media

Entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, une « nouvelle architecture » s’est imposée en Italie non pas sous la forme de bâtiments projetés et construits, mais bien sous la forme « d’actions philosophico-comportementalistes ». C’est l’architecture radicale. 

Remo Buti, Riccardo Dalisi, Ugo La Pietra, Gianni Pettena, les groupes 9999, Archizoom, Strum, Superstudio, Ufo et Zziggurat sont quelques-uns des protagonistes reconnus de cette architecture. Ils sont engagés, entre 1966 et 1973 environ, dans la production de différentes actions de contestation, de critique et de refus de la société, de la politique, de l’architecture et de la ville contemporaines. 

Vêtements, meubles, environnements, installations, films, narrations, collages sont leurs moyens d’action, dans l’optique d’une stratégie mentale non violente. L’ensemble de ces moyens constitue un témoignage passionné des idéaux d’une génération qui croyait en une humanité libérée de tout contrainte, qui portait l’espoir d’une « démocratie élargie », fondée sur l’élimination des structures formelles du pouvoir. 

Beatrice Lampariello est architecte diplômée de l’Université ROMA TRE et Docteure ès sciences de l’EPFL. Elle est actuellement professeure d’histoire de l’architecture à l’UCLouvain. Elle a publié plusieurs essais et monographies consacrés à Superstudio, à Aldo Rossi, à la Villa à Floirac de Koolhaas/OMA et à certaines structures visionnaires du début du XXe siècle. Elle fait partie du conseil scientifique associé à l’exposition Superstudio Migrazioni (CIVA, Bruxelles, 2021).