Aller au contenu
Ajouter au calendrier

L’art baroque de David Lynch

Par Karel Vanhaesebrouck

David Lynch est un cinéaste qui fascine les uns et irrite les autres. De nombreuses catégories semblent inspirer son œuvre: le monstrueux, le bizarre, le surréel, la transformation, le mystérieux, l’absurde, la duperie et par conséquent, l’instabilité du monde qui est le nôtre. En mettant le quotidien et l’imaginaire sur le même plan, à travers un univers à la fois onirique et hautement sexualisé, Lynch semble vouloir perturber notre propre expérience du réel et nous ramène droit à la période de la première modernité et son art baroque, un art qui tentait justement, de rendre imaginable, voire tactile, un monde en transition. Qu’est-ce que le baroque, cet art à la fois sensoriel et intellectuel, nous apprend donc sur des films comme Lost highway, Mulholland Drive et surtout Inland Empire, et, à l’inverse, quelles obsessions “lynchiennes” semblent hanter l’univers baroque?

 

Karel Vanhaesebrouck est professeur en histoire et esthétique du spectacle vivant à l’Université Libre de Bruxelles où il dirige le centre de recherche en cinéma et arts du spectacle (CiASp). Il enseigne également l’histoire du théâtre et la dramaturgie au RITCS (Bruxelles) et à l’ESACT (Liège). Il travaille en tant qu’auteur et dramaturge, notamment pour Theater Antigone.