Aller au contenu
Ajouter au calendrier

Giovanni Anselmo Mano che indica … 

Par Laurent Courtens

 

Giovanni Anselmo, L’Altrove, mentre La Mano lo indica, 1980. ©Paolo Mussat Sartor. Courtesy : Archivio Anselmo, Turin et Marian Goodman Gallery

 

Giovanni Anselmo (°Borgofranco d’Ivrea, 1934) est l’un des plus éloquents représentants de l’Arte Povera italien. Au tout début des années 1980, il conçoit plusieurs œuvres centrées sur une main ouverte, tracée au crayon sur un fond vide. Une main qui indique l’ailleurs (« altrove »), le lointain (« oltremare ») ou le paysage (« il paesaggio »). Ce paysage est un bloc de granite, ce lointain un tracé outremer, cet ailleurs l’espace qui nous abrite et que la main désigne. 

À travers ces déclinaisons, Anselmo déploie des subtiles articulations entre plan pictural, espace environnant, matière, activité du regard et possibilités de la main. Il circonstancie aussi les thématiques portées par l’Arte Povera : liens entre culture et nature, microcosme et macrocosme, technicité et inertie, humanité et cosmos, instant et durée…


 

Laurent Courtens est historien de l’art et, à l’ISELP, chargé du Centre de la parole. Il est, par ailleurs, critique d’art, curateur (FLESH, Corps commun, A FOREST…) et conférencier à l’ESA Saint-Luc (Bruxelles).