Aller au contenu
Ajouter au calendrier

Femmes surréalistes

Au-delà des muses Par Lyse Vancampenhoudt

Jane Graverol, Le sens du réel, 1961. Collection privée. Courtesy Fondation Marcel Mariën 

N’y a-t-il pas de femmes au sein du mouvement surréaliste ? André Breton, René Magritte, Salvador Dali, Max Ernst... La réponse semble évidente. Pourtant, il ne faut pas chercher bien loin pour constater que le surréalisme compte presque autant de femmes que d’hommes dans ses rangs. Aujourd’hui, la participation des femmes au mouvement surréaliste est amplement documentée, de l’artiste devenue icône Frida Kahlo, aux plus discrètes surréalistes belges Jane Graverol et Rachel Baes. Pourtant, malgré les expositions qui se multiplient et les recherches qui se complètent d’année en année, ces artistes peinent à sortir de l’anonymat et à se faire connaître du grand public. Elles semblent invariablement considérées comme un chapitre distinct, et non pas comme membres constitutives d’une histoire plus large du surréalisme. Dès lors, l’étiquette de femme surréaliste semble encore nécessaire pour les mettre en lumière, les découvrir ou les redécouvrir. 

Lyse Vancampenhoudt est historienne de l’art (ULB), guide et conférencière. Outre son intérêt pour l’histoire de la mode, elle se forme actuellement aux questions de genre (Master de spécialisation en étude de genre).